08/05/2008

La place de l’enseignement dans la « Fédération Picqué/Demotte »

Bonsoir,

Comme message du jour, point de BVH (pour cela, regardez la TV ou écoutez la radio) mais plutôt mon avis sur l’enseignement dans la Fédération des Ministres-Présidents.

Je pense qu’un seul réseau résoudrait bon nombre de problèmes mais le pacte scolaire est un domaine très particulier et peu de politiques veulent le modifier car il est source de conflit. Et des conflits, nous en avons assez. Une solution plus allégée donc : je plaide pour un seul réseau officiel (l’officiel et l’officiel subventionné). Cela permettrait de mieux répartir les pôles d’activités, d’éviter les doublons et surtout de mieux subventionner les écoles dans le matériel spécifique dont elle a besoin. Je ne comprends d’ailleurs pas comment les pouvoirs organisateurs osent se faire concurrence en ouvrant des options identiques à d’autres écoles d’autres réseaux situées dans leur zone/région d’enseignement. Je trouve que c’est de l’inconscience et de la mauvaise utilisation de fonds publics. Par ailleurs, le pouvoir subsidiant n’étant pas un puits sans fond, les établissements ne jouissent pas des conditions adéquates au bon apprentissage des élèves. J’aimerais donc que les PO fassent preuve d’un peu plus de bon sens. Pour ma part, la comédie a assez duré et la fin du match doit sonner rapidement.

Un autre problème perturbe le fonctionnement des établissements et nuit à l’apprentissage scolaire des apprenants. Il s’agit de l’absentéisme scolaire. Quand le Décret Mission a été adopté en 1997 (si mes souvenirs sont bons), il répondait à une demande et une attente de chacun. Force est de constater qu’il a des effets pervers. Les élèves ont le droit de prendre 30 demi-jours d’absences injustifiées + 16 demi-jours d’absences justifiées. Un total de 23 Jours ! Ce droit s’est transformé en vérité ou plutôt en congé supplémentaire pour les élèves. En effet, beaucoup d’entre eux s’occtroient ces jours d’absences souvent pour des motifs futiles. Après tout, ils y ont droit ! Il s’agit d’une véritable abérration car cela nuit très fortement à la réussite de nos élèves. Peu d’entre eux, ont, en effet, une bonne mémoire des chiffres et se retrouvent donc élèves libres avec toutes les conséquences que cela implique. Là aussi ayons le courage de dire stop et malheureusement de durcir le ton. Les adolescents ont besoin de limites claires et clairement énoncées. Les demi-jours d’absences injustifiées devraient être supprimées et les demi-jours justifiés devraient être diminués au nombre de 14. Voilà quelques pistes de solution…

Enoncer clairement des limites aux adolescents, leur expliquer la différence entre droit et devoir, refuser le système d’élève-roi, dans un respect et une aide mutuelle, avec eux et pour eux, pour le bien de chacun et surtout pour le leur. Je rêve d’une école où chacun aurait son mot à dire, où chacun aurait participé à l’élaboration des limites, une école institutionnalisée, une école où il ferait bon vivre…

A demain

Alicia

22:12 Écrit par Alicia dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.