02/06/2007

RAPPEL

NO COMMENT

Charte du militant

 

Le fait de s'affilier au Parti Socialiste implique que ses membres respectent les engagements suivants :

 

1. Adhérer aux principes idéologiques et aux valeurs du socialisme, dont la solidarité, l'égalité, la liberté et la fraternité, les diffuser sans relâche et les appliquer quotidiennement.

2. Adopter un comportement intègre, probe, fraternel et respectueux de l'autre.

3. Manifester une volonté de recherche constante de la connaissance et s'informer, afin d'agir en citoyen conscient, libre, solidaire et responsable.

4. Participer activement, tant par sa présence que par son investissement personnel, aux initiatives du Parti Socialiste et des mouvements de l'Action Commune socialiste.

5. Exercer les prérogatives octroyées à tous les membres par les statuts du Parti Socialiste en matière de propositions et d'interpellations des mandataires.

6. Se conformer aux statuts, dans toutes ses dispositions.

7. Entretenir un contact étroit avec les citoyens et un dialogue suivi avec les affiliés.

 

Charte du mandataire

 

En ce qui concerne le mandataire, sa mission d'élu exige qu'il offre toutes les garanties d'honnêteté et de probité, par:

 

1. le respect des règles de déontologie et de cumuls arrêtées par le Parti Socialiste;

2. la déclaration de tous ses mandats;

3. l'exercice de son mandat, dans le but exclusif de servir l'intérêt général, dans le respect du programme et des statuts du Parti Socialiste;

4. le compte rendu régulier de la manière dont il exerce le mandat devant l'instance qui l'a élu;

5. l'adhésion aux décisions de son groupe après un large débat interne, ainsi que le respect des décisions prises démocratiquement et conformément aux statuts par l'instance qui a confié le mandat;

6. une attitude et des prises de position publiques excluant toute forme de propagande personnelle;

7. le respect de la vie privée et de la dignité humaine.

 

Amitiés,

Alicia

 

Commentaires

Ce rappel serait effectivement bien utile à certains... A titre personnel, j'espère que dans les mois et les années qui viennent, on va aussi enfin avancer dans le dossier des cumuls de mandats qui est mal vu par les citoyens. Il serait bien que nos trois ténors francophones montrent l'exemple : Elio Di Rupo (ministre-président wallon, bourgmestre très présent et président du PS), Didier Reynders (vice-premier ministre, président du MR et conseiller communal) et Joëlle Milquet (échevine, présidente du CDH et députée fédérale). J'espère aussi qu'on va enfin créer une circonscription nationale pour le Sénat qui permettrait de renforcer les liens entre Wallons et Flamands. Enfin, je m'interroge sur l'opportunité de regrouper les élections régionales et fédérales qui permettraient d'instaurer la même alliance à tous les niveaux de pouvoir et de renforcer les synergies. Lors de cette campagne, on parle également des compétences des entités fédérées et les ministres régionaux et communautaires sont eux-mêmes candidats. Poussons la logique jusqu'au bout et regroupons donc les élections! Qu'en penses-tu Alicia? (oui, je sais, je me permets de te tutoyer alors qu'on ne s'est jamais rencontrés, mais je te trouve sympa, dynamique et disponible.J'espère que tu ne m'en veux pas). Bon courage pour la fin de la campagne et au plaisir de lire tes commentaires sur mon blog.

Écrit par : Un petit Belge | 03/06/2007

Tout à fait d'accord Bonjour,
Un vrai plaisir de lire tes commentaires! Et bien voilà, je suis tout à fait d'accord avec toi. Il est temps de limiter le cumul des mandats. D'abord, parce que nous ne sommes que des êtres humains avec leurs faiblesses, aussi parce qu'un homme seul ne peut pas assumer correctement autant de travail (ou alors, il faut me donner les recettes magiques!). Enfin, parce que je pense que trop de pouvoir est nuisible pour la santé (mentale!). Par ailleurs, le PS défend des valeurs de fraternité, de solidarité donc d'équipe... Il ne faut surtout pas oublier d'où on vient! Je suis fille d'ouvriers, j'ai travaillé pour payer mes études et je ne veux pas l'oublier! Donc, si un jour, je "me prends la tête", je t'invite à me le signaler franchement! Pour la circonscription nationale pour le Sénat, je pense aussi que l'on pourrait élire une partie de nos Sénateurs/Sénatrices de cette façon mais en établissant une clé de répartition de façon à ce que la Wallonie et la Flandre soient représentées de façon équitables. Pour le regroupement des élections, je suis assez sceptique. Effectivement, nous votons trop souvent et à mon avis, cela nuit à la qualité de certains débats. De plus, je regrette que lors des périodes électorales,les autres niveaux de pouvoir fonctionnent au ralenti. Cependant, la complexité de notre Etat fédéral m'amène à penser que le regroupement des élections en une seule journée embrouillerait encore plus la population. Aujourd'hui, beaucoup se demandent encore qui fait quoi? Ne serait-il pas nécessaire de recentrer d'abord certaines compétences dans un seul ministère ( comme les soins de santé, la prévention,...)?
Je ne t'en veux pas du tout pour le tutoiement, bien au contraire, la Madame Alicia, c'est juste à l'école!
A bientôt,
Alica

Écrit par : Alicia | 03/06/2007

Plus de transparence Je partage tout à fait les commentaires faits jusqu'ici. La démocratie doit s'exercer de manière claire, accessible et compréhensible. Au niveau des élections, je pense que l'on a déjà fait un pas en avant en n'ayant pas un même candidat simultanément sur la liste du Sénat et la liste de la Chambre, comme cela fût le cas par le passé. Espérons que cela continue ! (en effet, je ne pense pas que cela résulte d'une quelconque législation, mais d'un accord tacite entre partis).
Une autre simplification consisterait à supprimer la liste des suppléants. La plupart des gens ne comprennent pas bien cette double liste (effectifs+suppléants). En cas de désistement et/ou d'occupation d'un poste ministériel, il suffit de prendre le/la suivant(e) dans le classement par voix de préférence. Dans la situation actuelle, des suppléants avec moins de voix que certains effectifs non élus peuvent être amenés à siéger comme député. Bizarre, vous avez dit bizarre ?

A+

Écrit par : Pascal T | 04/06/2007

Alicia, merci pour ta réponse. Je suis tout à fait d'accord avec le commentaire de Pascal sur les suppléants. Autre suggestion : fusionner la communauté française et la région wallone afin de diminuer le nombre de députés et ministres, comme l'ont fait depuis très longtemps nos amis flamands.

Écrit par : Un petit Belge | 04/06/2007

Bonjour,
Voici une petite précision : les députés wallon et de CF sont les mêmes personnes. Ils siègent une fois à Namur, une fois à Bruxelles
A bientôt

Écrit par : Alicia | 04/06/2007

Comme Alicia l'a précisé, les 75 députés wallons (siègeant au parlement de la Région wallonne) siègent au parlement de la Communauté Française. Par contre sur les 89 députés régionaux bruxellois, 19 d'entre eux issus du groupe froncophone (72 sur 89) font partie du parlement de la CF. Au niveau des ministères, leur nombre a déjà été réduit au début de la législature actuelle grâce à des compétences regroupées CF-RW (finances-budget, enseignement-formation,...)

Bref, la Belgique est un pays compliqué et on insistera jamais assez sur le rôle pédagogique des politiques et des médias pour faire comprendre nos institutions aux citoyens !

A+

Écrit par : Pascal T | 06/06/2007

Ch'tite fôte dans mon précédent commentaire : il faut lire "on n'insistera jamais..."

Écrit par : Pascal T | 06/06/2007

Les commentaires sont fermés.